« Vous savez, ma grand-mère disait toujours que quand on est tout au fond du lac, on ne peut que remonter à la surface ! »

Scénario : Rémy Benjamin
Dessin : Olivier Perret (dit Pero)
Couleurs : Rémy Benjamin

Singulière réussite que ce premier album de deux jeunes auteurs. Une histoire simple et solide, avec des dialogues drôles et efficaces. Des personnages bien campés – notamment le héros, un type franchement désagréable, qu’on prend plaisir à moquer et à détester. Et surtout une chute épatante, parfaitement amenée

Benjamin Roure, BoDoï

Et c’est là tout l’intérêt de ce livre. La «méfiance» du lecteur est endormie par cette intrusion de modernité qui, si elle déroute tout d’abord, semble rapidement relever de la «logique interne» du récit, que l’on finit par accepter plutôt que de s’interroger. Pourtant, tout bascule à la fin du récit, et de ce retournement final surgit le questionnement.

Et derrière cette conclusion inattendue, j’ai perçu un discours sur la Foi. Aucune religion là-dessous, puisqu’il s’agit de la Foi en la fiction, ce que Coleridge appelait la Foi poétique. Croire en ce qu’on nous raconte, même quand on sait que tout est imaginaire, là est tout le paradoxe, et tout l’intérêt.

Loïc Massaïa, du9

Ankama, avril 2010 – 80 pages – 19.5 x 27,5 cm – Couleur cartonné
ISBN 978 2 35910 037 2 – 12,90 €

Back to Top